aventure

      Un rendez-vous était prévu depuis longtemps le 25 février, car le calcul des rythmes biologiques donnait un plein carton. Ce jour-là tout était censé être à 100 % de puissance... Sauf que j'étais malade, je toussais, je crachais, je me mouchais, j'avais de la fièvre. Je ne pouvais pas faire le déplacement dans le Gers. Alors, j'ai téléphoné à Patrick Marguet pour décommander ce rendez-vous.

           Après une écoute attentive, il m'a proposé moyennant 65 €, de faire une séance d'une heure, à distance, le soir pour pouvoir laisser tourner son SCIO une partie de la soirée ou de la nuit si la situation l'exigeait. J'ai accepté. Il m'a rappelé vers 19 h 30 ; et là, catastrophe ! Il m'annonçait : "tous les progrès que vous avez faits lors des six séances précédentes se sont envolés, sauf les cellules qui marchent bien" ; mais le bon état des cellules était dû selon moi à l'eau de Quinton que je prenais régulièrement, pas au SCIO.... Il a laissé tourner le SCIO toute la nuit, mais je ne suis ressorti de cet enfer que trois semaines plus tard, quand j'ai compris que je prenais trop de détoxifiants, car en plus de l'eau de Quinton, je m'imposais de l'eau tiède citronnée le matin, 5 gouttes de propolis matin et soir, 10 goutes d'Olys circulation nettoyage du sang trois fois par jour, et même des gélules de Lectin Flush ! J'ai tout arrêté sauf l'eau tiède citronnée, et en une semaine, tout s'est calmé.

      Très vite m'est apparu que si les résultats d'un investissement aussi coûteux pouvaient disparaître à l'occasion d'une grippe, cela ne m'intéressait plus. Il me fallait autre chose. Autre chose, mais quoi ?

      Or, le 20 mars, je lisais "Le courage", de OSHO. Il m'apparut que mon intérêt était d'arrêter toute recherche, et de considérer la Vie comme une aventure insouciante, et mes recherches comme des gênes inutiles. Donc, le vendredi 25 mars, je partirai ... devant. C'est ce que j'ai fait.