L_o_Ferr_

Je suis revenu chez Patrick Marguet le mardi 25 août ; mais cette fois, j'en ai profité pour faire un peu de tourisme au retour. D'abord, l'appareil Indigo a retrouvé les oligoéléments or, argent et cuivre que j'ai pris entre ces deux consultations. Les émotions ont été retravaillées, précisées et améliorées, dont la confusion, associée à un sentiment de trahison, de rage et d'angoisse qu'il faut traiter au plus tôt, car j'en suis à une croisée des chemins qui m'agace tant, que "ça passe ou ça casse", m'a-t-il dit. Cependant, est apparue l'émotion Amour, alors que je ne l'ai jamais connue. Mes chakras sont petits mais désormais ouverts. La "demande" du troisième œil a été satisfaite, les glandes et l'immunité renforcées ou protégées. Par contre, on a trouvé un domaine caché très profond, qui n'a pu être extrait. Il faudra probablement du temps pour savoir ce que c'est. Néanmoins, "votre âme arrive à communiquer pas mal avec vous". Mes stratégies de vie ont été nommées, et sont ...limitées. C'est un domaine à améliorer dès que possible. On se rend compte que je suis "dirigé" par mes émotions. La communication entre mon cerveau droit et mon cerveau gauche a été harmonisée, de même que les fréquences des ondes cérébrales.

 Bonsoir Patrick Marguet, voici mon bilan après 4 jours :

Lors de mon trajet vers Montmaurin, ma sœur m'a appelé sur mon portable... J'ai essayé de rester calme, mais je n'y suis pas parvenu. Je n'ai pas levé la voix, mais j'ai dit que ma famille ne m'intéressait plus, que pour l'instant, j'étais incapable de reprendre contact, que mes parents sont des ploucs et autres choses du même genre. J'ai justifié mon attitude par ce que m'avait dit mon père, par le fait que ma mère l'a trompé avec un autre, par l'héritage tronqué, etc. Elle m'a demandé de pardonner, mais je n'ai rien à pardonner. Simplement, ils me sont devenus indifférents. Leur rejet est total.

DSCF2825

Quand je suis arrivé au camping de Montmaurin, ce mardi après-midi, dans une ambiance de clairière en pente et aux grands arbres bien apaisants, j'avais des boutons roses partout, et ça me démangeait pas mal... J'ai eu une nuit agitée, un rêve qui me faisait rencontrer une jeune femme. Je me rends compte qu'elle s'intéresse à moi. Je l'amène dans une sorte de maison des jeunes, en tous cas un lieu libre d'accès. Je trajet se fait sur un sol pas très propre. Il faut faire attention où on marche. En arrivant, elle va à droite, dans ce que je suppose être des toilettes. Moi, je reste dans la pièce principale où il y a des lits. Je m'allonge sur le plus proche, un peu dans l'ombre. Un autre couple passe et va plus loin. Elle ne vient pas. Je repars seul.
J'ai aussi eu l'intuition qu'il me fallait rester ferme sur mon désir d'avancer. Je me suis rendu compte que j'intéresse peu de gens et qu'il me faut régler mon problème de confusion, donc remonter ce qui est si profondément enfoui.

DSCF2844

Mon sentiment de rébellion est resté très fort le mercredi. Après avoir visité la villa romaine, pendant laquelle il m'a été démontré que pour 5 personnes qui vivaient bien, il y avait jusqu'à 300 esclaves contraints par des moyens coercitifs très convaincants, je me suis senti de nouveau agacé. Puis j'ai descendu et remonté à pieds la belle vallée de la Save, trempé mes pieds. L'après-midi, les propriétaires m'ont parlé d'une personne qui pouvait m'aider. Cette dame a une caravane à l'année dans le camping. Je lui ai dit que plus une seule goutte d'agression ne pouvait désormais entrer en moi, et que je me fichais pas mal d'y laisser ma peau, que bien de mes amis d'enfance sont morts. Je lui ai d'ailleurs répété ce que vous m'avez dit, à savoir que ça passe ou ça casse. J'étais très raide dans mon expression. Je menaçais de foutre un bordel monstre de l'autre côté du miroir, et que ce n'est pas un petit dieu esclavagiste qui va m'impressionner... etc. Vous voyez le tableau...

DSCF2898

Le jeudi, je suis allé à l'abbaye bénédictine de Tournay, parce que Martine m'a dit que c'est un lieu apaisant, un lieu idéal pour faire le point, prier, questionner. J'ai passé un bon moment au bord du gave, puis je suis entré. Le cloître, quelques photos, y inclus dans l'église. En partant, j'ai laissé un mot aux moines, dans le cahier à disposition. C'était du genre : 
- Je suis venu non pas pour demander, mais pour exiger un monde nouveau, un monde d'Amour, car je suis devenu allergique à l'ancien monde."

DSCF2923Parchemin de l'an 1200, traduit pour les visiteurs de l'église Saint Just de Valcabrère (vallée aux chèvres)

P1000405

Ensuite, j'ai visité l'église de saint Just Valcabrère... dans le bon sens. C'est sous l'autel, que j'ai photographié le parchemin et sa traduction. Puis je suis allé déjeuner au restaurant à saint Bertrand de Comminges. Après j'ai parcouru sereinement la Cathédrale gothique et son cloître, eux aussi dans le bon sens. C'est facile... Naturellement, j'ai argumenté l'hôtesse d'accueil qui s'intéressait à mon tee shirt "OGM j'en veux pas". Je lui ai parlé de l'arnaque des banques et de la solution Robin.

radar_cram_

J'étais moins inquiet en rentrant, jeudi soir, mais quand même encore pas mal rebelle, notamment quand je voyais un radar de contrôle de vitesse.

Rentré chez moi, je me suis occupé de mettre mes photos sur l'ordinateur, puis je suis allé à un spectacle, une pièce de théâtre jouée en occitan. Je rongeais encore mon frein... J'ai cependant pu suggérer au maire de mon village, une façon très valorisante de voir notre cathédrale.

Par contre, vendredi, c'est mitigé. Vers 4 h du matin, des d'jeuns sont venus en voiture au pied de l'immeuble, pour gratifier ses habitants d'une puissante musique arabe. Je ne me suis pas énervé, mais vers 4 h 30, depuis ma fenêtre du quatrième étage, j'ai donné un ordre tonitruant à ces gens de quitter immédiatement les lieux, et ils l'ont fait ! Cependant, ce matin, je me suis réveillé de bonne heure pour faire le courrier promis à la mairie, au sujet de la mise en valeur de la Cathédrale. Ensuite, j'ai rencontré un voisin, et j'ai été plus que sympa et compréhensif avec lui. Je me suis même associé à son idée pour gérer l'immeuble où j'habite. On a "topé". Ensuite, je suis allé porter un bouquin à la mairie, sur la géobiologie sacrée, mais je n'avais pas envie d'un contact avec ses secrétaires. Je suis parti assez vite, pour aller lire le bouquin de Jean Pierre Girard dans le parc aux cèdres. Cet après-midi, j'ai commencé à rassembler mes notes pour le blog.
Étrangement, je me sens calme, ce samedi ; mais cela m'est souvent arrivé après une consultation, pour reprendre de plus belle dans le registre angoisse quelques jours ou heures plus tard. Pour l'instant, je ne suis pas agressé. J'ai moins de "désirs" contradictoires et désordonnés. J'ai décidé de poursuivre sur cette voie solitiare, comme l'indique la photo de Léo Ferré en tête de cet article. J'ai donc commandé ce matin un livre de Osho, car Patrick Marguet me l'a décrit comme un rebelle majeur, donc à mes yeux enviable, que les américains ont jugé bon d'empoisonner !  Je reviendrai dans le Gers, jusqu'à ce que ça passe ou ça casse. Je ne ferai aucune concession à mon vœu... pour l'instant resté secret.
Ce dimanche matin, je me rappelle de votre commentaire pendant la séance, selon lequel "certaines de vos habitudes vont disparaître". Eh bien il y en a une qui me faisait me réveiller chaque jour dominical à 3 h 1/2, 4 h. Ce matin, c'était 6 h 22 ! Je suis étonné ! Cela faisait des années que je me réveillais bien plus tôt le dimanche matin ! Quatre semaines plus tard, cette habitude semble bien éteinte. Tant mieux.
Samedi 5 septembre 2015
Cette nuit, j'ai fait un rêve impressionnant : c'était la nuit. J'étais en bas d'une montagne. Sur ma droite, elle avait des couleurs que je n'ai jamais vues ici : des verts et des jaunes très lumineux, comme si la lumière venait de la terre, ou au-moins de l'herbe. Il n'y avait que cette pente qui brillait. Partout ailleurs c'était sombre. Puis, sur cette pente herbeuse illuminée, des ronds blancs très brillants sont apparus. Ils ondulaient ensemble en vaguelettes et gravissaient sans effort la pente très raide. C'était très joli, mais j'étais surpris.